jeudi 22 juin 2017

Déo bille à la sauge et à la ciste

Testé et approuvé : il résiste à la canicule actuelle, et il a du mérite ;-)! Là encore, une recette Aroma zone adaptée à mes goûts et à mon placard!

  • Pour un flacon à bille de 50 ml :
-42ml d'hydrolat de ciste
-1ml de glycérine végétale
-2 cuillères PINCH de gomme xanthane
-10 gouttes d'HE de sauge sclarée
-20 gouttes d'HE de palmarosa
-5 gouttes d'extrait CO2 de Barbe de Jupiter
-3,5 cuillères TAD d'arrow root
-10 gouttes de conservateur (Cosgard ou EPP)

  • Réalisation
1°) Dans un bol, verser l'hydrolat de ciste, ajouter la gomme xanthane et mélanger vigoureusement pour obtenir un gel.
2°) Ajouter ensuite la glycérine, les huiles essentielles, l'extrait CO2 en mélangeant bien entre chaque ajout.
3°) Rajouter la poudre d'arrow root et bien mélanger pour la diluer dans le gel.
4°) Terminer en ajoutant le conservateur, en mélangeant encore une fois puis en versant dans un flacon préalablement désinfecté à l'alcool.



mardi 20 juin 2017

Gel fraîcheur anti jambes lourdes

Spécial canicule... Une recette Aroma Zone adaptée à mes besoins et au contenu de mes placards :

  • Pour un flacon-pompe de 100ml :
-30 ml d'extrait hydroglycériné de petit houx (actif pour la circulation ; si vous avez de la vigne rouge c'est parfait aussi)
-61 ml d'hydrolat de ciste (actif sur la circulation sanguine également) (l'eau minérale c'est bien aussi)
-10 ml d'HV de macadamia (ou autre huile)
-4 cuillères TAD de gomme xanthane
-27 gouttes d'HE de menthe poivrée
-16 gouttes d'HE de cyprès
-20 gouttes de Cosgard (ou autre conservateur : EPP...)

  • Préparation (environ 10 minutes) :
1°) Dans un bol verser l'hydrolat, ajouter la gomme xanthane et mélanger vigoureusement pour qu'un gel se forme.
2°) Ensuite rajouter l'extrait hydroglycériné et l'huile végétale et mélanger à nouveau.
3°) Incorporer les huiles essentielles en mélangeant entre chaque ajout.
4°) Terminer par le conservateur et mélanger encore une fois.
5°) Verser la préparation dans un flacon préalablement nettoyé et passé à l'alcool.

jeudi 6 avril 2017

Dentifrice solide

J'ai décidé que j'en avais marre des tubes de dentifrice à jeter, j'ai donc testé plusieurs choses (dentifrice en poudre, etc) et au final j'ai trouvé sur le blog de Mamzelle Emie ce dentifrice qui me convient parfaitement : il mousse bien et il a bon goût!

Pour un bloc de dentifrice :
5g d'huile de coco
5g d'argile verte (ou blanche)
15g de carbonate de calcium (poudre abrasive, beaucoup plus fine que le bicarbonate qui peut abimer les dents à la longue)
10g de SCI (agent moussant)
15 gouttes d'HE (pour ma part un mélange de menthe poivrée et de clou de girofle)
Un pot à couvercle pour couler le dentifrice

1°) Au bain marie, faire fondre l'huile de coco et le SCI (qui reste toujours pâteux et granuleux : c'est normal!)
2°) Hors du feu ajouter le carbonate de calcium, l'argile et l'HE et bien mélanger (ça pâtouille, c'est toujours normal ;-) !
3°) Verser la préparation dans une boîte (genre petite boîte en métal à couvercle ou pot de crème de jour bien lavé) et laisser sécher 24H avant utilisation.
4°) Pour utiliser, mouiller votre brosse à dent et la frotter sur la pâte durcie pour la faire mousser!

mercredi 5 avril 2017

Lessive au savon de Marseille

Voilà un poste de dépense important, et en plus j'aime PAS les parfums industriels... Du coup j'expérimente une nouvelle recette de lessive maison (j'avais déjà testé une lessive aux noix de lavage que j'ai utilisé longtemps mais qui n'est pas assez efficace pour les grosses taches type "bébé-cradou" :-D! La recette vient du site grands-mères.net, je vous la remet ici (sans les pop up sonores que j'exècre!) :


Pour 3 litres de lessive :
100g de savon de Marseille à 72% râpé ou en copeaux
3 cuillères à soupe de bicarbonate
2L d'eau chaude
1L d'eau froide
20 gouttes d'huile essentielle au choix (j'ai mis de l'eucalyptus, ça sent boooooon)
Un seau ou une grande bassine
Un mixer plongeant
Un ou deux gros flacons pour mettre la lessive finie

PRÉVOIR UN TEMPS DE REPOS DE 24H ENVIRON (cette lessive n'est pas à faire au dernier moment)

1°) Si besoin, râper le savon de Marseille.
2°) Dans un seau ou une grande bassine, placer le savon de Marseille, verser l'eau chaude en mélangeant bien.
3°) Ajouter le bicarbonate de soude.
Laisser reposer 24h, le mélanger va gélifier, c'est normal!
4°) Le lendemain, ajouter un litre d'eau froide et l'huile essentielle, puis mixer soigneusement.
5°) Verser dans les flacons.

Conseil de l'ami Antonin qui fabrique sa lessive depuis plus longtemps que moi : un gros bidon avec une ouverture bien large, c'est plus pratique. Et ne pas remplir jusqu'en haut car il faut bien secouer le bidon avant usage pour re liquéfier la lessive :-) !

mardi 4 avril 2017

Pierre d'argile maison

Parce que je me suis aussi mise à faire mes produits d'entretien maison, voici la recette de la pierre d'argile maison (vous savez, ce truc qu'on vous vend une blinde aux caisses des magasins de bricolage?). C'est très rapide à préparer, avec des ingrédients simples et très peu coûteux :



Pour 200ml (deux petits pots ou un gros) :
85g d'argile (blanche ou verte)
60g de bicarbonate de soude (abrasif)
60g de savon noir
HE au choix (j'ai pris citron vert, une tuerie)
Un pot à ouverture large (pour pouvoir frotter l'éponge dessus).

1°) Mélanger les poudres ensemble.
2°) Ajouter le savon noir et l'HE. L'ensemble devient pâteux.
3°) Verser dans un pot et laisser sécher au soleil 1 ou 2 jours.

Très utile pour nettoyer l'évier ou la baignoire :-)!

dimanche 4 septembre 2016

Les incroyables (mais presque vraies) aventures du club des chasseurs Ch.4

Chapitre 4 : Le Petit Frère. Le cas du bus canari :

Le paysage morne de champs moches, mous et mouillés avait amorti la chute du bus avec un bruit de succion peu ragoutant. Le gros engin avait aplati plusieurs mètres de plants de colza (peut-être le seul point positif de l’accident) avant de s’immobiliser. Les phares illuminaient le décor, c’est-à-dire pas grand-chose d’intéressant, et le moteur tournait encore.

- Mais c’est vrai qu’elle est solide, cette boite de conserve.

Lili avait émergé la première de la structure. Derrière elle, se massant la tête, Catelyn se hissa hors du véhicule en jetant un regard noir à la blondinette : pas une égratignure, pas une bosse, et ces deux petites couettes insupportablement impeccables, à peine mouillées et en aucune façon décoiffées. C’était proprement et désespérément injuste. La rousse écarta une mèche trempée et boueuse de devant ses yeux mouillés et boueux, massa une bosse douloureuse (et boueuse) sur son front, tata blouson de cuir intact et son t-shirt déchiré (et tâché par la boue) avant de murmurer :

- C’était un Petit Frère, non ?

A son tour, Robert apparut, le regard sombre1 :

- C’en est un, oui. Où est Alice ?
- Aucune idée…

La pluie avait cessé, les nuages avaient fui la scène et la lune s’était obligeamment mise en avant. Elle aurait pu éviter, le spectacle n’était pas des plus réjouissant : En arrière-plan, une masse de goules trainait les restes d’Alcibiade au loin. Au premier plan, la nièce du vieil homme tournait le dos au reste du groupe, la tête baissée, les poings crispés, les yeux rivés sur le deuxième plan. Le deuxième plan, donc, c’est à dire le gros et grand monstre au regard fou, à la mâchoire déboitée et à moitié arrachée, pendante et baveuse, aux bras gigantesques et simiesques touchant presque le sol, au torse aussi large qu’une plateforme pétrolière et aux jambes comme des piliers de béton. C’était bien un Petit Frère, c’était même Petit Charlie. Rarement dans l’histoire de la patronymie des surnoms n’avaient été aussi mal attribués.

Alice se retourna, croisant les regards de Robert, Catelyn et Lili.
Instinctivement, ses trois compagnons reculèrent d’un pas. Alice ne les regardait pas, pourtant. Elle ne les voyait même pas : ses yeux étaient deux puits sans fond, deux tourbillons noirs où le chagrin et la rage se disputaient la place en un combat sans fin. Sa mâchoire crispée en une parodie malsaine de sourire grimaçant révélait des lèvres retroussées, d’où semblait sortir un grondement sourd, à peine perceptible mais pourtant - comment pouvait-ce être possible - audible à dix mètres ; une vibration à faire trembler les os et les têtes. Le pouvoir sourdait du corps de la jeune fille avec une telle force qu’il en paraissait presque palpable. Elle semblait à cet instant capable de tout. Et de toute évidence, elle en avait l’intention.

Cependant, elle tournait le dos à un vampire de type 3. Un TYPE 3.
Un type 3 qui, avant même sa transformation, aurait pu gagner sans trop se dépenser la coupe du monde de folie furieuse psychopathique.
Un type 3 dont les mains avaient chacune la surface d’une raquette de tennis. Une grande raquette de tennis.

Le revers la cueillit juste sous le menton et, à l’issue d’un élégant lob par-dessus les têtes de Cate, Lili et Robert, l’envoya heurter rudement le bus canari puis glisser contre le sol, inconsciente.

- Ouch – dit Lili – ça doit faire mal, ça – elle marqua un silence, puis : - Bon, on se casse ?

Robert lui jeta un regard meurtrier, Catelyn leva les yeux au ciel.

- Qu’est-ce qu’il y a ?

Sans répondre, le brun arma son fusil et avança vers le vampire. Catelyn jeta un regard lourd de sens à la petite blonde, ce qui lui faisait une belle jambe vu qu’elle ne savait pas de quel sens il était lourd.

- Mais qu’est-ce que j’ai dit, encore ?

Roger, avec détermination et un certain fatalisme, avança sur le monstre, qui le regardait d’un regard avide, avec un appétit mal dissimulé pas du tout dissimulé.
Il tira à deux reprises au hasard, attirant l’attention du monstre qui se tourna lentement vers son agresseur. Roger se campa fermement sur ses pieds - alors que le vampire le scrutait - mis à nouveau sa carabine en joue - le monstre poussa un hurlement terrifiant surmontant les bruits du moteur du bus et de l’orage réunis - visa soigneusement - le vampire commença à courir, provoquant des séismes à chacun de ses pas - puis enfin tira. Il tira sans s’arrêter, droit dans la tête. Dix coups d’affilée, presque sans pause entre les coups, des tirs de professionnel, un travail magnifiquement exécuté qui aurait mérité des applaudissements. Enfin, s’il avait eu le plus petit effet. La chose ne parut pas souffrir, ne ralentit même pas et, arrivée au contact du brun, leva une main gigantesque et griffue, tout en esquissant un sourire.
Roger ferma les yeux par réflexe et, sentant le souffle du déplacement d’air, attendit le choc. Et puis il attendit encore. Et puis il ouvrit, timidement, un œil, la tête toujours rentrée dans les épaules, au cas où. Puis il se détendit (enfin, autant que possible à proximité d’un type 3) :

Tiens, elle était venue, finalement, la petite furie qui se battait maintenant avec la bestiole, ou plutôt essayait. Toute rapide qu’elle soit, ça ne suffisait pas : il recevait peu de coups – et autant s’écraser le poing contre un pilier en béton armé – mais en donnait beaucoup. Elle encaissait étrangement bien, cette Lili, revenant à la charge à la vitesse d’une fusée quand il l’expédiait au loin, frappant d’un côté, de l’autre, mordant, griffant, hurlant, parant et contre-attaquant sans cesse. Mais c’était le combat de David contre Goliath, celui d’un moustique contre un Eurocoptère EC665 Tigre. Bref, c’était inégal et perdu d’avance.
C’est alors que la terre boueuse, de part et d’autre du vampire, changea de forme et de texture, s’assembla, se dressa et se modela en deux semblant de bras. Des bras énormes, larges et hauts comme les troncs de deux arbres vénérables. Les deux appendices enlacèrent le vampire, doucement d’abord, comme on enlace un amant. Et puis ils serrèrent, serrèrent, de plus en plus fort.

Roger jeta un regard en arrière : Catelyn, agenouillée à terre, avait enfoncé dans le sol ses deux bras jusqu’aux épaules. Sa respiration était saccadée, des gouttes de sueur perlaient sur la peau de son visage crispé par la concentration, par la douleur aussi, peut-être. Elle non plus ne tiendrait pas longtemps.

Bah, pensa Roger, perdu pour perdu... Il haussa les épaules et avança vers le monstre. Il attendit un moment de répit dans le combat enragé entre ce dernier et la blondinette, puis lui tapota sur l’épaule. Le vampire, un brin étonné, tourna la tête vers Roger. Visant soigneusement, ce dernier envoya son plus bel uppercut dans le visage peu ragoutant de la créature. Il entendit un craquement, qui venait sans doute de sa main plutôt que du visage de l’autre.
« Voilà, se dit-il, c’est fait » Il ressentait une sorte de soulagement à l’idée que ça allait finir, là, maintenant. Pour l’instant, aucune douleur, aucune sensation n’était présente. Derrière lui, il entendit vaguement les voix de Catelyn et Lili, sans y prêter plus attention que ça. Le temps s’étira, semblait-il à l’infini.
Puis il fit plus sombre, tout à coup.
Roger leva les yeux au ciel, mit quelques secondes avant de comprendre, puis les écarquilla tandis qu’une vague d’adrénaline se déversait à travers tout son corps. Ce dut être cet instinct de survie ancré en chaque être vivant, et non quelque réaction consciente, qui le fit se jeter sur le côté, oublieux de tout, y compris de l’affreuse créature à ses côtés.

Cabossé, déformé, éraflé, déglingué, toujours revêtu pourtant de sa livrée jaune caractéristique, le bus s’abattit sur le vampire dans un bruit assourdissant, avant de s’élever à nouveau dans les airs, semant des coulées de terre et de sang sur son sillage. Le vampire se releva en grognant, groggy, et le bus s’abattit à nouveau sur lui. Puis une troisième fois, avant même que le monstre n’ait pu se relever. Une quatrième fois. Une cinquième…

Roger avait rampé à l’écart et observait stupéfait le spectacle. Sans répit, le bus s’élevait, retombait, s’élevait, retombait, creusant un cratère de boue, de terre, et de pierres de plus en plus profond là où se trouvait encore le vampire.
Le brun se tourna vers ses deux compagnes d’infortune, médusées elles aussi. Catelyn haussa les épaules en réponse au regard muet de l’homme.
Un mouvement, derrière. Une ombre, une silhouette reconnaissable.
Il la vit s’avancer, boueuse, crasseuse, des masses de cheveux lui tombant sur le visage, ensanglantée de la tête au pied, à peine vivante. On ne voyait plus que le blanc de ses yeux exorbités. Alice s’approcha du Petit Frère en titubant. On eut dit qu’un marionnettiste l’utilisait, ses bras, ses jambes bougeaient sans logique aucune, sa tête dodelinait au rythme de ses soubresauts.

Le vampire n’était maintenant plus qu’un amas à peine reconnaissable de chair mais il y avait de la vie en lui, encore. Il commença à se relever.

Les bras de la brune, comme mus par une vie propre, se levèrent vers le monstre - les mains pendaient au bout comme des bout de chiffons inutiles – et au-dessus d’eux deux, toutes les vitres du bus se brisèrent en même temps. Un grincement ignoble fit trembler toute la structure, alors que des dizaines de morceaux de métal gros comme la main se désolidarisaient les uns après les autres de la structure. Ils virevoltèrent follement pendant plusieurs secondes puis s’agglomérèrent en une sphère tranchante et mortelle qui entoura l’être. Et chaque morceau de verre, chaque bout de métal tordu se mit en branle. La sphère le transperça, le lacéra, lui creva les yeux, lui trancha les jambes, les bras, lui transperça le cœur et pour finir le décapita.
Quelques instants encore, le monstre resta debout et Roger frissonna d’horreur à l’idée qu’il fut encore vivant et qu’il allait bientôt s’avancer vers eux, absurde créature sans tête. Mais la chose bientôt chut au sol et, le temps d’un clin d’œil, se mua en une poussière fine que le vent balaya sans attendre.

C’était fini. Le vampire était mort.

Alice poussa un gémissement à peine audible, et tous ses muscles se relâchèrent les uns après les autres : ses bras churent le long de son corps, un genou céda, puis l’autre et la jeune fille s’écroula enfin dans la boue, la tête en avant. Roger vint la prendre dans ses bras, avec douceur et précaution, comme on cueille une fleur rare. Catelyn, à ses côtés, leva la tête vers l’homme brun :
- Mais qu’est-ce qu’elle est ?
- Je ne sais pas – répondit-il, les yeux rivés sur la jeune fille inanimée –Je ne sais pas…

Alors seulement le bus retomba, cabossé, torturé, estropié, mais étrangement peu au regard du traitement qu’il avait subi. Quant au moteur, il tournait encore, sans à coup. Lili vint alors tapoter la carcasse, comme on caresse un chien bien dressé.


Le groupe redressa péniblement le bus canari mal en point et reprit la route. La pluie et l’orage avaient cessé. A part le grondement rassurant du bus, rien ne venait troubler ce calme dont on parle rarement, celui après la tempête. On avait allongé Alice à cheval sur deux banquettes : elle n’avait toujours pas repris conscience. Roger avait, sans un mot et sans qu’on lui demande, repris le volant du bus. Catelyn, blottie dans un siège encore intact, s’était endormi rapidement malgré les courbatures et les blessures, son blouson posé sur le torse, bercée par les cahotements de la route. Lili, debout sur un siège, le vent fouettant ses deux couettes, contemplait d’un air pensif les ombres mouvantes et éphémères qui défilaient au passage du véhicule. Elle massait sa joue endolorie d’un air absent.
Elle alla retrouver Roger à l’avant du bus. Tous deux, en silence, contemplèrent un instant le soleil émerger, ses feux rougeoyants qui bientôt feraient sécher les sols et les blessures. Ils avaient traversé, ensemble, une terrible épreuve. Lili tourna son regard vers celui de Roger. Il lui fit un léger sourire qui disparut aussitôt quand elle conclut leur aventure de ces mots :

- Quand c'est qu’on arrive ?
1Ce qui en soi ne signifiait rien : le « regard ténébreux© », était une marque de fabrique chez le brun. Il avait d’ailleurs été déposé par Roger : il détenait des droits dessus.

mercredi 31 août 2016

Balade au Musée du Jouet, Moirans en Montagne (39)

Pour la troisième fois, cet été, j'ai été visiter le Musée du jouet de Moirans en Montagne. J'ai toujours adoré les jouets anciens et plus récents (je collectionne les Playmobil depuis mon enfance et saute sur les jouets et jeux anciens que je croise en brocantes quand mes moyens me le permettent ^_^!). Impossible pour moi donc d'ignorer ce musée situé à moins de dix kilomètres de la maison de famille et entièrement rénové entre 2010 et 2012. Point important à mes yeux : il est accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Le musée possède une collection de près de 20000 pièces datées du 2ème millénaire avant JC jusqu'à nos jours, dont 2000 exposées, et organise régulièrement des expositions temporaires : sur les Playmobil il y a deux ans, et sur le vélo cette année à l'occasion du passage du tour de France dans la ville cette été.

Les collections sont organisées au sein d'un parcours thématique (jeux d'intérieurs, jeux d'extérieurs et fabrication des jouets, puisque le Jura est le pôle de fabrication du jouet en France).

Place à quelques images pour vous donner envie à votre tour de visiter ce musée!

 Depuis le président américain Théodore Roosevelt (1901-1909),
le "Teddy bear" est à la mode!

 Petites et grandes voitures émerveillent...

 Bateaux, trains, voitures, avions : des jouets universels!

 La poupée, un des plus ancien jouet de l'humanité...

 J'ai un gros faible pour les meubles de poupées ^_^!

Les automates, jouets de luxe du siècle dernier...
 
 Balles, quilles, seaux...
Le mot "boulevard" est né au Moyen Âge du jeu de boules pratiqué dans la rue!

 A dada sur mon cheval à pédales...

 Ou à dos de tracteur!

 Les jeux d'images et d'animation ont révolutionné le XIX° siècle... Jouets de luxe!

 Jeux de théâtre et de société...

 Un tour, qui servait à fabriquer les jouets en bois tourné, spécialité du Jura...
Les paysans tournaient des jouets en hiver, durant la saison morte, pour gagner de l'argent!

Site du musée :
Tarifs :
7,50E en plein tarif.
Musée ouvert toute l'année.
Musée accessible aux personnes handicapées!