mardi 23 novembre 2010

Noël se prépare... déjà!

Ça y est, il fait froid et brumeux. Donc, nous nous sommes lancés dans la préparation de Noël. Pour être exact, on se prépare à préparer le sapin : on fabrique nos décorations! Un peu de feutrine, des sequins, des perles, et zou! C'est vite fait (une douzaine de breloques le temps d'un film) et ça en jette, que demande le peuple?


Glycine de Noël (sapin pas encore installé, quand même!)

Il y a plusieurs formes : cercle, étoile des neiges, sapin et oiseau (pour l'oiseau, je me suis très fortement inspirée d'images vues sur le site The purl bee). Vu de près, ça donne ça (il manque encore les rubans) :



vendredi 19 novembre 2010

L'histoire sans nom, chapitre 1, suite 3

Quand Catelyn était entré dans la boulangerie-épicerie-poste-mairie-PMU, un seul coup d'oeil avait suffit pour qu'elle sache à quoi s'attendre1. Une série de néons défaillants plongeaient dans l'ombre plus qu'ils n'éclairaient des lieux en état de délabrement avancé. Le patron, grand ,gros, et gras, lui jeta un regard peu amène et poussa un grognement qui signifiait peut-être, dans son langage personnel : « Bonjour mademoiselle ». Catelyn désigna du doigt une bouteille derrière le bonhomme, couverte d'une crasse dont il ne valait mieux pas connaître l'origine. Elle plongea sont regard dans la substance vaguement ambrée que lui versa le tenancier avant d'en boire la totalité, cul-sec.
Bon, qu'est-ce qu'elle foutait, l'autre? La principale qualité de Catelyn n'étant certes pas la patience, il lui fallait trouver une occupation en attendant.
« Toi, t'es une étrangère! »
Quelqu'un venait de lui poser une main poisseuse sur l'épaule. La jeune femme se retourna lentement, un grondement sourd au fond de la gorge. Le spectacle n'était pas très beau à voir : un visage mou et triste, ravagé par le temps et l'alcool, un corps long, maigre, courbé et deux bras comme des enclumes composaient l'homme.
« J'aime pas les étrangères, moi – cracha-t-il. Il fit une pause qui se voulait sans doute dramatique, puis repris – Et mes potes non plus, ils aiment pas les étrangères. »
Des grognements d'acquiescement se firent entendre dans toute la salle, tandis que des chaises raclaient le sol.
-Vous, vous tombez bien! – gronda-t-elle. »
D'un regard, La femme fit le tour de ses adversaires – ils était douze – puis se tourna vers le barman.
Visiblement habitué de la chose, il avait sorti une batte de sous le comptoir. Catelyn la lui retira des mains d'un mouvement rapide. Il lui jeta le regard apeuré d'un hérisson face aux phares d'une voiture, puis plongea derrière son comptoir.
Elle soupesa son arme un instant, puis sourit à l'assemblée.
« Alors, qui commence? »

Alors que le premier des assaillants lui plongeait dessus, Catelyn et sa batte disparurent de leur champ de vision. Le grand mou, celui qui avait interpellé la jeune femme et qu'on appelait Dédé, regarda autour de lui avec méfiance. Elle était rapide, très rapide, pour avoir réussi à se fondre dans l'ombre avec autant de célérité. Un pitoyable geignement troua la chape de silence qui s'était installée. Dédé et les autres se retournèrent. Un de leurs compagnons, un grand balafré à l'air hargneux (du moins d'habitude) était plié en deux et se tenait les parties.
Dédé, se recula contre un mur, et d'un signe indiqua à ses compères de faire de même. Puis il attendit que les ombres complices du bar lâchent la furie qui avait osé s'en prendre à Charles, dit la Massue.
- Pas si bête que ça finalement – glissa une voix à sa gauche.
Sa réaction, pour rapide qu'elle fut, ne le fut pas assez pour éviter la batte qui lui re-dessina le faciès à la Picasso. Il eut juste le temps de voir, comme au ralenti, le visage souriant de Catelyn, ses cheveux roux ondulant au rythme de ses mouvements alors qu'elle se tournait déjà vers un autre adversaire, avant de sombrer dans l'inconscience.
1Le nom de l'estaminet, « Le colosse qui pisse » ayant déjà constitué un indice important.

lundi 8 novembre 2010

Encore un jeu de Laetibricole!

Laetibricole (blog ici) lance un nouveau jeu concours qui permettre à l'heureuse veinarde de remporter de jolis lots à ses couleurs...

Le principe est simplissime : une image, un lien vers le blog de Laetibricole, et hop, le tour est joué, il suffit d'attendre le tirage au sort vers le 15 novembre...

Je profite de ce petit message pour vanter les créations de Laetibricole : j'ai craqué, j'ai acheté son dernier bouquin, et là j'ai re-craqué : je me lance (pour l'anniversaire de ma nièce en décembre puis pour le Noël de mon neveu et ma nièce) dans la fabrication de trois des modèles présentés dans le livre : un manchon-loup pour garder les mimines de la petite au chaud (trouvé une jolie fourrure noire toute douce), et des malettes en tissu qui font office à la fois de range-joujoux pour poupées ou petites voiture et de tapis de jeu quand elles sont dépliées... Génial et adorable! Si un jour j'arrive à finir ces projets, photos!!!!

Le livre, c'est celui-là, pour rappel :


Laetitia GHENO,
Créations en couture pour p'tits loups et grands rêveurs,
Éditions Créapassion, 24,90 euros

dimanche 24 octobre 2010

Gelée exfoliante à la fraise


Once more, recette Aroma-zone adaptée à mes ingrédients. L'original est ICI :

Ingrédients (pour 100ml) :
87,5g d'eau minérale
1,5 g de gomme xanthane (un puissant gélifiant)
6g de poudre de noyaux d'olive
83 gouttes d'extrait aromatique de fraise des bois
20 gouttes de conservateur Cosgard
(éventuellement, 10 gouttes de jus de betterave pour colorer en rouge)

Réalisation :
1°) Dans un récipient, verser l'eau, ajouter la gomme xanthane sans cesser de remuer. Laisser reposer 5mn puis remuer au minifouet pour obtenir une texture gel.
2°) Ajouter le reste des ingrédients en remuant entre chaque pour bien mélanger.
3°) Verser dans un pot préalablement lavé et désinfecté.

Petits savons tous doux corps et visage


Trois recettes, encore inspirées d'Aroma-Zone, et adaptées aux ingrédients dont je disposais :

  • Savon visage à la fraise (La recette originale est ICI):
77,5g de base savon "melt and pour" au lait de chèvre
65 gouttes d'extrait aromatique de fraise des bois
1 cuillère PINCH d'oxyde minéral rose
1/2 cuillère DASH de mica cuivre

  • Savon purifiant de la ruche (La recette originale est ICI) :
77,5g de base savon "melt and pour" au lait de chèvre
4g de miel en poudre
24 gouttes de propolis
67 gouttes d'extrait aromatique de pain d'épices

Préparation (le procédé est identique pour ces deux recettes) :
1°) Au bain-marie, faire fondre la base savon Melt and Pour puis retirer la préparation du feu.
2°) Ajouter un par un les autres ingrédients en mélangeant bien au minifouet.
3°) Couler la préparation dans un moule (j'ai utilisé des minis moules à gâteaux en silicone et obtenu 3 savons).
4°) Laisser refroidir et durcir avant de démouler (on peut accélérer le processus en plaçant le moule au congélateur).


  • Savon exfoliant smoothie fraise (La recette originale est ICI) :
71,6 g de base savon "melt and pour" au lait de chèvre
2,4g de macérât huileux de vanille
3,2g de poudre de noyaux d'olive
85 gouttes d'extrait aromatique de fraise des bois
0,4g d'oxyde minéral rose

Préparation :
1°) Au bain-marie, faire fondre la base savon Melt and Pour puis retirer la préparation du feu.
2°) Ajouter le macérât de vanille, la poudre de noyaux d'olives et l'extrait aromatique en mélangeant bien au minifouet.
3°) Couler la moitié de la préparation (de couleur blanche) au fond des moules et placer ces moules au congélateur.
4°) Remettez l'autre moitié de la préparation à chauffer légèrement si besoin, puis ajouter l'oxyde minéral rose (dilué dans un soupçon d'eau, c'est plus facile) au reste de la préparation et bien mélanger de nouveau.
5°) Quand la préparation blanche a bien durci, couler par dessus la préparation rose et laisser refroidir le tout avant de démouler.

L'absent

L'ABSENT

En mémoire du sergent Raphaël Roy.

La part du vent la part du feu
faites en celle de l'absent
vivant ou mort un peu des deux
et de la neige au lieu de sang

Vivant ou mort si décevant
qu'il se dérobe devant nous
La part du feu la part du vent
celle de l'absent parmi nous

Devant le feu gardez sa place
coupez pour lui un peu de pain
Il émergera de la glace
pour y replonger au matin

Un peu de nuit dans le regard
un peu de neige au lieu de sang
invité toujours en retard
et plus qu'il ne faut transparent.

1940

Claude ROY

samedi 23 octobre 2010

Coup de coeur pour Souad Massi


Petit coup de projecteur sur une artiste pleine de talent aux chansons délicates : Souad Massi. Nous avons découvert cette chanteuse algérienne lorsqu'une amie nous a offert l'album Mesk Elil et nous avons été séduits par sa voix chaude, ses musiques rythmées et douces. Souad Massi chante en arabe, mais la barrière de la langue n'est pas un problème!

Il y a quelques jours, Souad Massi passait en concert près de chez nous : nous avons été la voir, et nous avons aussi découvert une chanteuse un peu timide, drôle, émouvante, et gentille, qui s'efface parfois pour laisser découvrir à son public le talent des musiciens qui l'accompagnent, et qui invite un admirateur déjà venu à plusieurs de ses concerts à venir chanter avec elle une chanson qu'il aimait.

Après ce concert, nous avons découvert un nouvel album de Souad Massi (qui en a déjà plusieurs à son actif!) : Raoui. Dans cet album, des textes en arabe mais aussi en français, parce que, pour Souad Massi, c'est bien le moins qu'elle puisse faire pour un public qui a la gentillesse de l'écouter sans comprendre sa langue. Également, une jolie reprise de Lavilliers, Noir et Blanc, et un très beau duo avec Marc Lavoine, Paris.

Miss Annie

Miss Annie a déjà quatre mois. C'est une grande fille, maintenant! Elle garde la maison de Sonpapa et Dadame à ses risques et périls (mais ses talents de chasseuse non sont pas vraiment reconnus à sa juste valeur, selon elle) et aimerait bien aller voir Dehors... Au fil de ses péripéties, elle va s'entourer d'amis : Keshia la souris avec qui elle partage ses croquettes, Zénon et Miss Rostropovna qui lui apprennent à survivre dehors, le général Alexandre... Mais dehors, parfois, le danger guette! Il faut alors se défendre et continuer à grandir...

L'avis de Tigriss : "Qu'est-ce que c'est que ce chat idiot qui nourrit les souris?!?"

Miss Annie,
Flore BALTHAZAR et Frank LE GALL,
éditions Dupuis, 13,50 euros

mercredi 20 octobre 2010

Jeu concours Macosmétoperso and co

Du sent-bon en perspective!!

Un jeu-concours organisé par le site Macosmétoperso et Cosmet-Home. Le principe : diffuser l'image du jeu et le lien vers le blog de Cosmet-Home. A gagner? Des fragrances gratuites pour parfumer tous vos produits maisons!

Donc : allez faire un tour chez Cosmet-Home et participez!!

jeudi 7 octobre 2010

L'histoire sans nom, chapitre 1, suite 2

Voici la suite de la suite de "L'histoire sans nom" (d'ailleurs, si quelqu'un a une idée de titre, je suis preneur!). Merci à "Monsieur madame" pour leur commentaire (et s'il y a des critiques n'hésitez-pas non plus!).
On ne pouvait pas tomber sur Barbebouq par hasard. Il fallait réellement vouloir y aller pour trouver le village. Et même alors, on pouvait encore ne pas trouver Barbebouq.
C'était ce que se disait la petite fille, alors qu'elle marchait à travers champs et que la nuit allait bientôt faire son apparition. La lueur pâle du soleil couchant donnait à la nature des teintes oranges qui devaient sans doute être magnifiques, mais la petite fille n'y prêtait aucune attention, trop occupée qu'elle était à tenter de retrouver son chemin : ce stupide village ne devait pas être loin, mais toute sa bonne volonté n'y faisait rien. Elle en était à espérer rencontrer une bonne âme, ce qui, quand on la connaissait, prouvait qu'elle avait épuisé toutes les autres alternatives.
Elle était mignonne, la blondinette, avec son pantalon noir et sa veste de même, par dessus une chemise blanche au col en dentelle. Sa chevelure soyeuse était ramenée en deux couettes, et ses grands yeux bleus lui donnaient un regard d'ange. Véritablement, la petite Lily, car c'est ainsi qu'on l'appelait, était mignonne, et paraissait bien inoffensive.
L'autre, par contre, le paraissait moins.
Une salopette bleue, des cheveux en bataille, le regard aviné et une énorme bedaine faisaient partie des principales particularités de l'homme qui venait de surgir devant la petite fille. Mais aucun de ces traits ne constituaient la première chose qu'elle vit de l'homme. La première chose que son regard croisa, ce fut la fourche qu'il pointait sur elle.
- Qu'esse tu fout là! Dis moi qu'esse tu fout là ou j't'embroche!
Le langage recherché de l'homme était au diapason de l'haleine fétide qu'il exhalait. Son regard fit (mais difficilement) le point sur celle qui lui faisait face, et un sourire édenté fendit alors son visage, qui était pourtant déjà bien assez terrifiant comme ça.
- Mais, t'es qu'une tite gosse ! – conclut-il finement. Il jeta un regard à la ronde, et poursuivit avec un ton cruel dans la voix – une tite fille toute seule à c'que j'voit... Viens voir tonton Tim, petiote. Tu va voir, on va bien s'amuser. Allez, viens...
Un peu de bave coulait le long de son menton alors qu'il zieutait la petite d'un air d'aliéné. Ce qui ne parut par effrayer celle-ci plus que ça, puisqu'elle s'approcha doucement de l'homme, qui ponctuait chacun de ses pas d'un « bien, bien » du plus mauvais augure.
Puis la fillette s'élança.
Il suffit d'un battement de cils : elle fut juste à côté de lui, la fourche qu'il tenait fermement une seconde plus tôt dans ses petites mains enfantines. Encore hébété1, l'homme reçut un coup de pied dans le thorax qui l'envoya au sol, plusieurs mètres plus loin. Un autre battement de cils : la blonde était maintenant debout sur son torse, et dardait sur lui 1/ sa fourche, et 2/ un regard homicide.
1Mais cela semblait être un état naturel et permanent chez lui.

dimanche 3 octobre 2010

L'histoire sans nom, chapitre 1, suite

Un événement nouveau se passait à Barbebouq, et la chose était tellement rare qu'elle mérite d'être notée.
Barbebouq, c'était ce qui se rapprochait le plus par ici d'un village : une vingtaine de maisons branlantes serrées les unes contre les autres, dont une boulangerie qui faisait aussi office d'épicerie, de poste, de mairie et surtout de PMU ; accolé à cette dernière, un musée était dédié à un seul et unique thème : le pain sous toutes ses formes1 ; et enfin, au centre du tout, une modeste église accompagnée, comme de juste, de son curé, son cimetière, son fossoyeur et ses fidèles.
Tout le monde ici connaissait tout le monde, pour deux raisons essentielles : tout d'abord, le nombre d'habitants était si réduit qu'il fallait avoir une mémoire terriblement défaillante pour ne pas reconnaître, au moins de vue, son prochain. Ensuite il fallait être réellement désespéré pour visiter ou pire, s'installer à Barbebouq. Cela faisait donc plus de dix ans qu'on avait pas vu s'arrêter un étranger.
On pouvait légitimement se demander l'intérêt de faire commencer l'histoire en ces lieux ou rien, jamais, ne se passait.
Et bien ce jour-là, et c'était en soi un événement, une voiture surgit en trombe dans la rue principale, freina brusquement tout en effectuant un demi-tour complet dans un nuage de poussière, et s'immobilisa enfin en faisant crisser désagréablement ses pneus. La conductrice, une sorte de kamikaze du volant qui s'appelait Catelyn, observa le décor depuis l'habitacle de la voiture, coupa le contact, puis poussa un soupir et la porte de son véhicule.
Le calme habituel retomba sur le village.
Aucune des maisons ne semblaient abriter le moindre signe de vie humaine, et les champs qui cernaient le village paraissaient vides eux aussi. A part le bruit des bottes de l'intruse, aucun son ni signe de vie ne semblait vouloir peupler l'endroit. Quelque part au loin, un grillon stridula pour faire bonne mesure.
La femme s'assit sur un plot en pierre qui semblait n'attendre qu'elle, fit jouer les articulations de son cou en esquissant une légère grimace, et sortit d'une poche de son jean un téléphone mobile, en ces lieux inutile, auquel elle jeta un regard résigné.
Etant donné la relative immobilité de la femme, l'instant paraît idéal pour opérer une description de celle-ci. De bas en haut voici ce qu'on voyait : Des bottes, d'abord. Pas des bottes à talons aiguilles et couleurs savamment choisies, non. Des bottes toutes simples en vieux cuir marron, pesantes, plus utiles dans les bonnes bagarres de bar avec coups de pieds dans les testicules que dans les défilés de mode. Ensuite un jean, un peu moulant mais pas trop, mettant en valeur juste ce qu'il fallait de formes pas désagréables à regarder. Plus haut encore, un t-shirt ajusté, blanc, quelque peu déformé par une petite poitrine, et dessus un imprimé en forme de taches de sang très désagréablement ressemblantes. Au dessus enfin, un visage aux traits doux, des lèvres fines, un petit nez fin et retroussé et des yeux verts perçants, rehaussés par un trait noir de khôl, couronnés par une chevelure d'un roux flamboyant, coupés au carré. Le tout constituait un mélange détonnant de brutalité et de féminité, ce qui n'ôtait rien, bien au contraire, au charme de Catelyn. La jeune femme leva la tête vers le ciel rempli de nuages.
Oui, en plus, il allait bientôt pleuvoir.

1Et pour la plupart, sous la forme rancie.

samedi 2 octobre 2010

L'histoire sans nom, chapitre 1

Où l'on découvre avec un plaisir mitigé une bien belle une riante une région :

La Beauce était peut-être la région la plus laide et la plus triste de France. Par quelque transfert mystérieux, des générations de seigneurs consanguins, de paysans amorphes et abrutis par le travail, d'exploitants cupides et sournois, de taciturnes tenanciers, de femmes au foyer dépressives et d'artistes maudits dénués de talents1 avaient laissé leur empreinte dans le paysage. Sur plusieurs centaines de générations, une sorte de conscience collective avait émergée, répandant alentour son influence incoercible. Bien plus qu'une ambiance, c'était un avertissement lancé par la Beauce au reste de la France. Difficile de traduire en langage clair l'essence de ce message. Disons qu'il faisait ressentir à tout être un sentiment qu'on pourrait nommer, à défaut d'un meilleur terme, de la désespérance molle. Le paysage lui-même traduisait l'ennui à l'état pur. Des champs, grandes étendues jaunâtres sans relief, s'étendaient à perte de vue. Quelques groupes d'arbres rachitiques, épines malsaines plantées dans le paysage, attendaient qu'un bûcheron compatissant vienne les achever et les seuls oiseaux qu'on pouvait y rencontrer ne chantaient jamais ou pire, chantaient faux.
Tranchant le paysage, une route passait. Une nationale large et rectiligne, sans doute à l'usage des gens qui voulaient traverser les lieux le plus vite possible.
Au milieu de la route, une petite fille blonde marchait.

.........
1Ceux qui en étaient pourvus étant partis depuis longtemps déjà.

samedi 11 septembre 2010

Bab la bricoleuse

Encore une génie du bricolage (et qu'on ne vienne plus me dire que c'est une activité masculine!)...

Je suis d'abord tombée sur son bouquin, à la médiathèque : des créations très colorées, tout à fait à mon goût!


Et j'ai découvert ensuite son site : whouaou! Bab la bricoleuse touche à tout (c'en serait déprimant si ce n'était pas aussi sympa) : couture, tricot, mosaïque, peinture, relooking d'objets et créations pures. Toujours dans un esprit ludique, féminin, coloré.

Des tas et des tas d'idées à piocher! N'ayez plus peur de la perceuse et de la scie sauteuse...

Allez donc jeter un œil sur son site, et vous y passerez quelques heures à tout reluquer :

http://www.bab-la-bricoleuse.net/


Laetibricole

De retour de vacances, je me sens l'âme bricolo... J'ai donc plein d'idées en tête, que, comme d'habitude et malgré le fait que le temps ne me manque pas, je n'arriverai pas à finir, ou alors dans trois ans (Ce n'est pas une plaisanterie : je viens de reprendre un tricot qui attend depuis trois ans d'être fini. Je ne vais jamais rentrer dedans!).

L'occasion idéale de vous présenter quelques blogs de bricoleuses de talent!

Laetibricole crée à coup d'aiguilles (sacrément douée!) et de dessins un univers coloré et enchanteur pour les petits (et les plus grands : j'adore!!), mettant en scène des personnages sympathiques : loup, renard, poule, brebis...

Ses créations sont publiées dans des livres bricolages (et d'un seul coup, mes premiers doudous pour neveux et nièces me semblent tellement vilains, snif) :


Elle travaille aussi sur une histoire jeunesse pour laquelle nous sommes invités à créer une fin (concours jusqu'au 20/09/10) : Victor, le loup pas comme les autres, et Lili la brebis.


Tout ça se passe sur son blog : http://laetibricoleici.canalblog.com/

lundi 19 juillet 2010

Fidel


Encore un!

Comme Thalia, Bella et Chelsea avant lui, nous accueillons en famille d'accueil Fidel, joli mâle dalmatien de 18 mois, pour qu'il se refasse une santé avant de trouver sa famille à lui. Particularité : Fidel est orange, autrement dit, il a la truffe marron et des taches blondes. Couleur rare et pas standard du tout, mais il est tellement beau...

Fidel est à adopter par le biais de l'association Dalmatien sans famille.

Pour avoir des nouvelles régulières et des photos de Fidel, ça se passe !

dimanche 18 juillet 2010

Savonnettes exfoliantes avoine-lavande


Mon premier savon home-made! Je me suis servi d'une préparation "Melt and Pour", car je n'ose pas encore me lancer dans la fabrication de savon.

Ingrédients (pour 6 savonnettes exfoliantes) :

120g de base savon Melt and Pour au lait de chèvre
1 cuillère à café d'argile violette (pour la couleur)
2 cuillères à café de fleurs de lavandes (exfoliant)
2 cuillères à soupe de petits flocons d'avoine (exfoliant)
10 gouttes d'huile essentielle de lavande (antiseptique)

Réalisation :

1°) Huiler le moule en silicone (je me suis servi d'un moule à madeleines)
2°) A feu doux, faire fondre la base Melt and Pour en touillant régulièrement.
3°) Une fois la base fondue, ajouter un par un les autres ingrédients en remuant soigneusement entre chaque pour bien les incorporer.
4°) Couler dans les moules et laisser refroidir jusqu'à durcissement complet avant de démouler. Les savonnettes sont prêtes à l'usage!

Un couleur et une odeur sympa, je suis contente de mon premier savon (j'avais déjà fait une tentative de savon de refonte, mais il faisait piètre figure à côté de mes madeleines!). A l'usage, ces savonnettes sont toutes douces, n'agressent pas la peau et ne la laissent pas sèche. L'odeur de la lavande ne se sent pas. Et la forme en madeleine est idéale pour la prise en mains!

Journal intime du chien et du chat

Vous croyez encore qu'on vous aime, nous autres animaux? Ce n'est pas vrai pour tous! Découvrez les extraits du journal intime du chien et du chat... Petit bijou trouvé sur le web, je ne sais pas qui est l'auteur, mais bravo!
1/ Extraits du journal intime du chien :

Jour n° 180 :
8h00 : Chouette, de la pâtée pour chien ! Ce que je préfère !
9h30 : Chouette, une sortie en voiture ! Ce que je préfère !
9h40 : Chouette, une promenade ! Ce que je préfère !
10h30 : Chouette, une sortie en voiture ! Ce que je préfère !
11h30 : Chouette, de la pâtée pour chien ! Ce que je préfère !
12h : Chouette, les enfants ! Ce que je préfère !
13h : Chouette, la cour ! Ce que je préfère !
16h00 : Chouette, les enfants ! Ce que je préfère !
17h00 : Chouette, de la pâtée pour chien ! Ce que je préfère !
17h30 : Chouette, papa et maman ! Ce que je préfère !
Jour n° 181 (Voir jour n° 180)
Jour n° 182 (Voir jour n° 181)
Jour n° 183 (Voir jour n° 182)
2/ Extraits du journal intime du chat :
Jour n° 152 : Mes ravisseurs continuent à me provoquer avec de bizarres petits objets pendouillant au bout d'une ficelle. Ils se gavent de viande fraîche au dîner pendant qu'ils me forcent à manger des céréales déshydratées. La seule chose qui m'aide à tenir le coup est l'espoir d'une évasion, et la maigre satisfaction que je retire, de temps à autre, de la destruction d'un meuble.
Demain, je mangerai peut-être une autre plante d'appartement.
Jour n° 161 : Aujourd'hui, ma tentative d'assassiner mes ravisseurs, en me glissant dans leurs pieds pendant qu'ils marchaient, a presque réussi. Il faudra que j'essaie encore depuis le haut des escaliers. Dans l'espoir d'induire dégoût et répulsion chez ces vils oppresseurs, je me suis encore forcé à vomir sur leur fauteuil préféré. Il faudra que je recommence sur leur lit.
Jour n° 165 : J'ai décapité une souris et leur ai apporté le corps, afin de leur faire comprendre ce dont je suis capable, et pour frapper leurs coeurs de terreur. Mais ils se sont juste extasiés et se sont répandus en paroles onctueuses et condescendantes, me disant à quel point j'étais un bon petit chat. Hmmm... Ca ne fonctionne pas conformément au plan.
Jour n° 168 : J'ai enfin réalisé jusqu'à quel point allait leur sadisme. Sans aucune raison, j'ai été choisi pour le supplice de l'eau. Cette fois, de plus, il comprenait une substance chimique mousseuse et piquante nommée "shampooing". Quel cerveau malade a bien pu inventer un tel liquide ? Ma seule consolation est le morceau de pouce que je tiens encore entre mes dents.
Jour n° 171 : Aujourd'hui s'est tenue une sorte de réunion de malfaiteurs. J'ai été placé à l'isolement pendant l'événement. Cependant, j'ai pu entendre le bruit et humer l'odeur nauséabonde de ces tubes de verre qu'ils appellent "bière". Plus important, j'ai réussi à obtenir l'information que la raison de ma réclusion était mon pouvoir "allergisant". Il va falloir que j'apprenne de quoi il s'agit, pour que je puisse l'utiliser à mon avantage.
Jour n° 174 : Je suis persuadé que les autres prisonniers sont des comédiens. Le chien est relâché tous les jours et semble plus qu'heureux de revenir. C'est visiblement un attardé mental. D'un autre côté, l'oiseau doit être un informateur puisqu'il leur parle constamment. Je suis certain qu'il leur rapporte mes moindres mouvements. Tant qu'il restera dans cette pièce de métal, sa sécurité est assurée. Mais je peux attendre. Ce n'est qu'une question de temps...

Gommage corporel tout simple sucre-coco


Voilà une recette dont on trouve de multiples variantes un peu partout... J'en ai testé plusieurs, mais au résultat final celle-ci me semble à la fois la plus simple et la plus agréable (pas trop grasse). La recette originale vient du livre Mes cosmétiques naturels faits maison de Michèle Nicoué-Paschoud.

Ingrédients (pour 130ml) :

200g de sucre blanc (il faut absolument prendre du sucre fin, sinon le gommage est... violent!)
2 cuillères à café d'huile de coco (hydratante et parfumée)
1 cuillère à café de glycérine végétale (émollient)
20 gouttes de Cosgard (conservateur)

Réalisation :

1°) Faire tiédir légèrement l'huile de coco pour qu'elle ramollisse, rajouter la glycérine et mélanger.
2°) Ajouter le conservateur puis le sucre, petit à petit, et mélanger bien.
3°) Verser dans un pot.

On peut éventuellement pour les cocomaniaques ajouter de l'extrait aromatique de coco, voire remplacer une partie du sucre par de la pulpe de coco râpée et séchée. En tout cas, même sans cela, le gommage sent bon et surtout, il n'est pas trop gras, ce qui arrive trop souvent à mon goût!

Démaquillant biphasé


Une recette inspirée de Natur'elfe (l'originale est disponible ici), adaptée aux ingrédients que j'avais sous la main et réalisée avec et pour ma copine qui voulait un soin démaquillant.

Ingrédients (pour 100ml) :

50ml d'eau de fruits de citron (pour l'odeur!)
25ml d'huile végétale de son de riz (réparateur)
25ml de macérât huileux de vanille
20 gouttes de Cosgard (conservateur)
7 gouttes de vitamine E (antioxydant)

Réalisation :

1°) Au préalable, laver et désinfecter soigneusement tous les ustensiles.
2°) Dans un flacon, verser les ingrédients un par un.
3°) Secouer le flacon avant usage!

Voilà le type de recette idéal pour débuter : ultra simple à réaliser, ultra adaptable, ultra rapide et d'usage quotidien! L'odeur est agréable et le produit efficace pour démaquiller, que demander de plus?

Shampooing solide mentholé pour cheveux gras


Encore une recette Aroma-Zone (original ICI)! Toutefois, si vous avez la flemme de réaliser ce shampooing solide par vous-même, allez donc rêvasser sur le site de cosmétiques faits-main LUSH : ils allient recettes sympas et humour!

Ingrédients (pour une barre de shampooing de 80g) :

56,8g de sodium coco sulfate (tensioactif)
8g d'eau de fruit de citron
4g d'argile montmorillonite verte
8g de poudre d'ortie piquante
38 gouttes d'huile essentielle de menthe verte
90 gouttes d'huile essentielle de citron vert

Réalisation :

ATTENTION : le sodium coco sulfate pique le nez : il est conseillé de porter masque, lunettes de protection et gants.

1°) Au bain-marie, faire fondre le sodium coco sulfate et l'eau à feu doux, en touillant pour faire fondre les copeaux et obtenir une pâte épaisse et collante.
2°) Hors du feu, ajouter un par un les autres ingrédients en remuant soigneusement entre chaque.
3°) Verser la préparation dans un moule en silicone huilé et placer 15mn au réfrigérateur, puis démouler et laisser sécher 48h avant utilisation.

Résultat : le bloc n'est pas très joli, mais sent délicieusement bon la menthe. A l'usage, le shampooing mousse abondamment, lave bien les cheveux et se rince facilement. Adopté!

Baume à lèvres réparateur pour l'été parfum melon


Toujours dans l'optique de faire découvrir les joies (si, si!) de la cosméto à une copine, on a fabriqué une recette basique et toujours super agréable, j'ai nommé le bon vieux baume à lèvres. Celui-ci est encore une fois inspiré d'une recette d'Aroma-Zone (l'originale est ici).

Ingrédients (pour un pot de 6ml) :

3,3g de beurre de karité (hydratant)
1,4g de cire d'abeille jaune
4,3g de macérât de vanille
7 gouttes d'extrait aromatique de melon
1 cuillère SMIDGEN d'oxyde minéral rose
1 cuillère DASH de mica brillant
1 goutte de vitamine E (antioxydant, conservateur)

Réalisation :

1°) Au préalable, lavez et désinfectez tous les ustensiles.
2°) Au bain-marie, faire fondre le beurre de karité.
3°) Ajouter la cire d'abeille et le macérât de vanille et remuer jusqu'à ce que la cire soit fondue.
4°) Hors du feu, ajouter les autres ingrédients un par un en remuant entre chaque.
5°) Couler dans un petit pot et laisser refroidir.

Résultat : un baume à lèvre fondant et délicieusement parfumé... La recette originale d'Aroma-Zone utilise de la cire d'abeille blanche : leur baume est donc rose. Avec la cire d'abeille jaune, il prend une jolie couleur abricotée, et nous avons adapté le parfum...

samedi 17 juillet 2010

Gloss flashy et parfumés


Après midi cosméto avec une copine : on a commencé par des gloss inspirés des recettes du site Aroma-Zone (recette originale ICI).

Ingrédients (pour un tube de 12ml) :
  • Gloss orange cuivré :
11ml de substitut végétal de lanoline
0,2ml de beurre de karité (hydratant)
0,4g de poudre de châtaignier (colorant marron)
1 pointe de couteau de mica cuivré (pour l'effet paillettes)
10 gouttes d'extrait aromatique de coco
  • Gloss rose brillant :
11ml de substitut végétal de lanoline
0,2ml de beurre de karité (hydratant)
0,4g d'oxyde minéral rose (colorant rose vif)
1 pointe de couteau de mica brillant (pour l'effet paillettes)
10 gouttes de bisalobol végétal (réparateur)
10 gouttes d'extrait aromatique d'amandes de cerise

Réalisation :

1°) Au préalable, laver et désinfecter soigneusement les ustensiles.
2°) Faire fondre au bain-marie le karité
3°) Ajouter le substitut de lanoline, remuer soigneusement et laisser refroidir.
4°) Hors du feu, ajouter les autres ingrédients un par un en remuant entre chaque.
5°) Couler dans le tube à gloss.

Résultat : des gloss colorés, agréablement parfumés et qui tiennent bien! Le pied! La poudre de châtaignier donne une jolie couleur marron mais le gloss devient un peu granuleux à mon goût. Un autre colorant brun serait le bienvenu!

l'Histoire sans nom (nom provisoire)

Voici le début d'une histoire en cours d'écriture et que je ne désespère pas de terminer un jour plus ou moins prochain. J'ai décidé de la mettre sur notre blog pour me motiver et pour avoir des avis éclairés sur mes écrits. N'hésitez pas à commenter, critiquer, assassiner mes textes (avec arguments à la clé), en bref faites-moi mal, j'aime ça!
Pour poser un peu l'ambiance, il y a dans le bouillon de mon histoire un fond de vampires, une bonne cuillerée de Pouvoirs (notez le "P" majuscule), une bonne dose de frissons, le tout saupoudré d'un peu d'humour (pour une meilleure digestion).
Approchez m'sieurs dames, approchez, vous trouverez ici de l'horreur, de l'émotion, des complots, d'odieux traîtres, du grand spectacle, et peut-être même du sexe (sans certitude sur ce dernier point, c'est pour avoir plus de visiteurs que je le mentionne).
Après cette longue introduction, voici le...


PROLOGUE

Il faisait nuit. Y'avait aucun doute là dessus. Plus "nuit" que cette nuit là, ça pouvait pas exister. Déjà, il y avait cette obscurité impénétrable. Rien que ça, c'était un coup à vous foutre les boules, une belle pétoche. Mais il y avait quelque chose de plus dans cette nuit là. Enfin, de moins. Pas un bruit, pas même un seul insecte nocturne qui faisait... Qui faisait ce que les insectes nocturnes ont l'habitude de faire. Et pas une seule foutue voiture à passer par là.
Ils étaient trois : Bibi Jean (Bibi, ou BB pour Big Boss), Petit Charlie (2m10, 110 kilos, un tiers graisse, deux tiers muscles, tout dans la finesse) et Génius Gérard (le plus intelligent du trio, qui s'enorgueillissait d'un Q.I de 68). Les fameux trois frères Cragnon, connues comme la plus terrible légende urbaine à circuler parmi les automobilistes de la région.
Ils avaient roulé dans leur vieille camionnette de dépannage agonisante jusqu'à la nationale, fidèles à leur habitude, afin d'emprunter pour une durée indéterminée ce dont les conducteurs de passage n'avaient plus vraiment besoin : à savoir leur voiture, leur argent, leurs vêtements, leur vie et éventuellement, si la fille était jeune et jolie, leur vertu.
Mais ce soir là, rien d'intéressant à se mettre sous la dent. La moisson était pitoyable. Oh, il y avait bien eu cette petite vieille avec sa non moins petite et vieille deudeuche. La carcasse métallique ambulante était dans un état de délabrement avancé. La petite vieille aussi. Pas question de lui prendre sa vertu, à celle-là. Ils avaient trouvé sur elle un portefeuille misérable, avec trois pauvre billets de dix euros. La rombière gisait maintenant dans son sang et le coffre de la camionnette, et les trois amis attendant le prochain client songeaient déjà à rentrer au foyer, quand Génius surprit plus loin sur la route deux lueurs artificielles. Les trois frères se jetèrent des regards avides et malsains et allumèrent les phares de leur camionnette. La soirée n'était, finalement, peut-être pas perdue.

Le conducteur de la voiture était pressé, c'est pourquoi il avait pris ce virage annoncé dangereux à plus de 100km/h. Pas de souci pour lui, il savait ne pas risquer grand chose à part, en cas d'accident, un changement de voiture et un léger retard sur ses plans. Seul ce léger retard risquerait alors de l'agacer un peu.
En plein milieu du virage, deux phares illuminèrent le pare-brise d'un éclat blanc aveuglant. Le conducteur, dans un réflexe idiot, certes, mais humain, se mit les bras devant les yeux pour se protéger de l'éclat blessant. Ce faisant, il avait lâché le volant. Or un volant de voiture à cette particularité étrange de ne pas tourner sans des mains pour l'y forcer...
Le conducteur reprit précipitamment le volant en main et en donna un coup brusque. la voiture se cabra, fit un tonneau dans un fracas assourdissant, puis deux, puis trois, et pour finir glissa sur le toit sur dix mètres, dans un long crissement de métal.
Un silence oppressant suivit. Tout était redevenu immobile, à part une roue du véhicule, qui tournait encore inutilement.

Juste en face, les phares à l'éclat funeste éclairaient encore la scène macabre. Trois silhouettes émergèrent lentement de la lumière pour s'approcher du véhicule. La plus grande silhouette émit un petit gloussement. Elle ne savait d'évidence pas faire autre chose de ses cordes vocales. C'était Petit Charlie. Génius Gérard prit la parole, d'une voix désagréablement grinçante.
"T'es vivant, là dedans?" hurla-t-il d'un ton qui laissait entendre qu'il ne valait mieux pas.
Un silence d'outre-tombe lui répondit. Que rompit quelques secondes plus tard Bibi Jean.
"Si t'es vivant mon gars, sort de la voiture lentement, et personne souffrira plus qu'il faut, c'est promis!"
Petit Charlie gloussa une nouvelle fois.
Le ronronnement de la camionnette qui servait jusque-là de fond sonore à la scène s'arrêta brutalement, et la lumière des phares laissa place à l'obscurité. Totale. Impénétrable.
La lune s'était cachée derrière les nuages, sans doute pour échapper à la scène qui allait suivre. Il n'y avait pas âme qui vive à plusieurs kilomètres à la ronde. Les frères étaient seuls.
Ou presque.
Une voix grondante, pleine d'un appétit mal contenu, murmura, juste derrière l'oreille de Bibi Jean :
"Personne ne souffrira plus qu'il ne faut? Quelle étrange idée..."
Suivit un ricanement lugubre, qui dura quelques très longues secondes. Puis, brisant le silence surnaturel qui régnait, trois cris terribles déchirèrent la nuit.
Il n'y avait personne pour les entendre.

Poudre déodorante


Une recette tirée du livre de Stéphanie Tourles, Beauté et soins au naturel (éditions Prat), réalisée avec une copine.

Ingrédients :

240g de bicarbonate de soude (absorbe les odeurs)
130g de maïzena
2 cuillères à soupe d'argile blanche (absorbant)
2 cuillères à soupe d'oxyde de zinc (opacifiant, améliore la tenue)
100 gouttes d'huiles essentielles (lemongrass, thym, orange douce, mandarine, menthe poivrée, tea tree)

Réalisation :

Mélanger poudres et huiles essentielles au minifouet ou mieux, au moulin à café et stocker dans un endroit frais et sombre pendant trois jours. Verser ensuite la préparation dans un saupoudreur, un pot à épices ou un poudrier. Cette poudre peut s'utiliser pour les pieds, les chaussures, les aisselles...

Une poudre bien plus simple à réaliser pour débuter qu'un déo en stick ou en crème, à l'odeur agréable. Personnellement, je n'ai pas mis d'huile essentielle de lemongrass et de thym, et l'odeur est très bien comme ça! A voir à l'usage... Toutefois, j'en ferai moins la prochaine fois : presque un demi kilo, c'est beaucoup!

Château l'Attente

Château l'Attente, c'est le château de la Belle au bois dormant. Quand elle s'est réveillée, elle a fichu le camp avec son prince charmant, elle a promis à ses demoiselles de compagnie qu'elle leur écrirait. Elle a écrit. Une fois. Depuis, le château tombe peu à peu dans l'oubli : n'y vivent plus que les demoiselles de compagnie, devenues de très vieilles dames, et quelques habitants jetés là par le hasard, le goût de l'isolement ou le désir de fuite. C'est le cas de Dame Jaine, qui vient chercher à Château l'Attente un refuge pour mettre au monde, loin d'un mari violent et jaloux, son enfant. Au château, elle rencontre de bien curieux et sympathiques personnages : Simon, jeune homme à tout faire, benêt et gentil comme pas deux, Henry, le froid forgeron, dont le cœur brisé par la disparition de son fils ne peut plus battre depuis qu'il a été scellé par des forgerons nains, Sœur Paix, joueuse de cartes émérite appartenant au très curieux ordre religieux des Sollicitines, ou encore Chess, fringant destrier, le seul qui sache qui est réellement Dame Jaine... Loin du monde, les habitants de Château-l'Attente vivent leur vie et se dévoilent peu à peu.

Ce récit admirablement servi par un dessin en noir et blanc passe d'un personnage à l'autre, au gré d'histoires souvent surprenantes et inattendues, et pourtant toujours attachantes. La suite, la suite!

Présentation de Château l'Attente sur un site dédié :
http://www.chateaulattente.com/

Et les premières pages du tome un en PDF :
http://www.chateaulattente.com/images/extraitchateau.pdf

Linda MEDLEY, Château l'Attente,
éditions Ça et Là, 26 euros.

mardi 13 juillet 2010

Masque visage citron-concombre pour peaux grasses



Encore une recette de Carosmétiques (disponible ICI). Cette recette ressemble d'ailleurs furieusement à un masque 3 minutes de la gamme Yves Rocher!

Ingrédients (disponibles sur Aroma-Zone) :

15g d'extrait hydroglycériné de concombre (hydratant)
16.85g d'eau de fruit de citron (purifiant)
16.85g d'eau minérale 1g de gomme xanthane (gélifiant transparent)
1 pointe de couteau de chlorophylle (facultatif : pour la couleur verte)
8 gouttes d'huile essentielle de citron jaune
8 gouttes d'extrait de pépins de pamplemousse (conservateur)


Préparation :

1°) Au préalable, laver et désinfecter soigneusement les ustensiles et contenants.
2°) Dans un récipient, mélanger l'eau minérale, l'eau de fruits, l'extrait hydroglycériné et la chlorophylle.
3°) Ensuite, ajouter peu à peu la gomme xanthane sans jamais cesser de remuer jusqu'à obtention d'une belle texture gel.
4°) Enfin, ajouter l'huile essentielle et le conservateur, mélanger à nouveau et transvaser dans un pot (50ml).

Un masque gel à la texture agréable, à la délicieuse odeur de citron, qui s'applique et se rince facilement. Mais pour ma part, je trouve qu'il pique la peau : en l'enlevant, j'ai la peau un peu rouge, cela disparaît en quelques instants. Je soupçonne l'HE de citron. Je réessaierai donc ce masque en remplaçant l'HE de citron par de l'HE de tea-tree car je sais que je la tolère parfaitement.

Poudre de massage dodo et plus


Une poudre de massage honteusement pompée sur Nature et Découvertes : j'ai adoré l'idée, mais horrifiée par le prix je l'ai refaite à la maison.

Ingrédients (disponibles sur Aroma-zone et en parfumerie) :

Poudre de riz ou talc (QSP remplir votre boître à poudre)
Huile essentielle d'orange douce (apaisante, aide à dormir)
Un gros pinceau à poudre et une jolie boîte!

Mélanger soigneusement l'huile essentielle dans la poudre avec un mini-fouet ou mieux un moulin à café.

Mode d'emploi :
Tremper le pinceau dans la poudre et le passer doucement sur le dos nu de votre partenaire.

Très doux et très calmant, mais cela peut vite déraper! La recette est simplissime donc très facile à adapter : on peut rajouter des paillettes, changer l'odeur (celle-ci est délicieuse, néanmoins)... Ci-dessous, une variante, pailletée et parfumée à la vanille...

Cérat de Galien riz et rose


Une recette Aroma-zone (disponible ICI) : une crème très hydratante, pour la peau très sèche de mon compagnon. La recette existe depuis des siècles. J'avais déjà tenté une autre variante de cette recette à base de cire d'abeille et d'eau de rose : l'odeur était délicieuse, mais j'avais eu du mal à obtenir une crème stable...

Ingrédients disponibles sur Aroma-zone) :

3,5g de cire de riz (émulsifiant)
20,5g d'huile végétale de son de riz (réparatrice)
4gouttes de vitamine E (antioxydant)
26g d'hydrolat de rose (eau de rose) (apaisant)

Préparation :

1°) Au préalable, laver et désinfecter soigneusement tous les ustensiles et contenants.
2°) Faire tiédir au bain-marie l'eau de rose.
3°) Dans un autre récipient, faire chauffer au bain-marie le mélange huile+cire+vitamine E jusqu'à ce que la cire soit parfaitement fondue.
4°) Toujours au bain-marie, ajouter peu à peu l'eau de rose tiède dans le mélange huile+cire en mélangeant vigoureusement au mini-fouet.
5°) Continuer de mélanger vigoureusement en plaçant le récipient dans un fond d'eau froide pour accélérer le refroidissement, jusqu'à ce que la crème soit bien homogène.
6°) Transvaser dans un pot en verre de 50ml.

A conserver de préférence au frais, surtout par forte chaleur...

Une crème riche et onctueuse ; chez Aroma-zone elle est bien blanche, la mienne est jaune pâle (la cire de riz est jaune vif). L'odeur et la texture sont très agréables. Verdict quand mon chéri l'aura utilisée quelques semaines!

Poudre libre banane


Une recette de Carosmétiques (l'original est ICI) inspirée de la célèbre poudre banane de T. Leclerc! Une poudre libre illuminatrice spécial coup de fatigue, qui met de la lumière sur le visage!

Ingrédients (disponibles sur le site aroma-zone) :

10g de poudre d'arrow root (matifiant)
4g d'argile blanche
2g d'oxyde de zinc (opacifiant)
1g d'ocre jaune
10 gouttes d'huile essentielle de petitgrain bigarradier

Mélanger tous les ingrédients au minifouet dans un bol, ou encore mieux au moulin à café pour un résultat homogène!

La poudre accroche bien et illumine le teint ; mais j'aurais dû renifler l'huile essentielle avant d'en mettre : je n'aime pas trop son odeur, je la remplacerai par de l'extrait aromatique de mangue ou de vanille la prochaine fois...

Morgoth l'Empaleur

Oyez, oyez, jeunes gens! Préparez-vous à vous esbaudir devant les passionnantes et forts instructives aventures de MORGOTH L'EMPALEUR!
Mais qu'est-ce donc que ceci? Et bien il s'agit d'une saga d'héroic-fantasy humoristique, écrite par un certain Asp Exlorer, et mise en ligne gratuitement à cette adresse.

Morgoth l'Empaleur (ce n'est ni un métier ni un surnom peu flatteur, mais son nom) est un jeune mage et, comme le dit l'auteur : "[...] quand on s'appelle Morgoth l'Empaleur et qu'on est nécromancien, c'est franchement TRES dur d'échapper à son destin."
Et le destin du jeune homme promet d'être mouvementé : interrompant prématurément ses études de magie pour découvrir le vaste monde, Morgoth rencontre dans une petite ville Vertu Lancyent, bien plus expérimentée que lui, à la moralité plus qu'élastique et exerçant le métier d'aventurière (spécialité voleur). Celle qui deviendra son mentor le formera, au fil de leur épopée, au métier d'aventurier et lui apprendra sa philosophie toute personnelle de la vie.
Tout cela rehaussé par le style de l'auteur, au vocabulaire recherché, aux jeux de mots et référence filmiques ou littéraires multiples qui, loin de ralentir l'histoire, accompagnent la montée en puissance de cette épopée héroïque.

Anneaux maudits, sombres complots, traitrises, neufs terribles sorciers, combats titanesques mèneront Morgoth vers un destin plus grand qu'il ne l'aurait imaginé.


Thirrin, princesse des glaces

Thirrin va avoir 14 ans, elle est la fille de Carmin, redoutable colosse roux et roi de Haute-Froidurie. Princesse guerrière, elle désespère son précepteur, Maggiore Totus, obligé de limiter son enseignement à l'histoire de la guerre pour parvenir à garder la redoutable princesse dans sa salle de classe. Mais le temps de l'insouciance et des entraînements "pour de rire" avec les gardes de son père est terminé : Scipio Bellorum, l'invincible général de l'empire du Polypont, a terminé de conquérir tout le continent, à l'exception de la Haute-Froidurie, jusque là protégée par ses montagnes. Il va lancer son attaque, à la tête de la plus formidable armée de tous les temps, contre un tout petit pays sans alliés. Le temps presse, le roi Carmin va demander l'impossible à ses soldats : tenir face aux centaines de milliers d'attaquants, le temps que Thirrin trouve des alliés là où ils n'ont eu jusqu'ici que des ennemis, parmi les loups-garous, les vampires, les sorciers, et plus loin encore, au-delà des terres habitables, où un peuple mystérieux vivrait loin des humains depuis toujours... Car face au génie et à la puissance de Scipio Bellorum, seule l'union peut sauver les habitants de Haute-Froidurie.

Ce livre jeunesse se dévore, passionnant d'un bout à l'autre, plein de suspens et d'humour. Il met en scène de façon très originale de grands classiques de la littérature (les loups-garous au sens de l'humour à toute épreuve, les vampires qui s'ennuieraient à mourir si seulement ils le pouvaient, mais aussi l'empire romain et son invincible armée, les amazones et leur empire matriarcal...). A lire absolument!

Un deuxième tome, Lame de Feu, se passe vingt ans plus tard au royaume de Haute-Froidurie. Tout aussi passionnant et surprenant que le premier!



Stuart HILL, Thirrin, princesse des glaces et Lame de feu,
éditions Gallimard, 17 euros chaque.
Le premier tome a été édité en poche (7.60 euros)

samedi 10 juillet 2010

Le mec de la tombe d'à côté

Ils ont la trentaine, et se croisent chaque semaine au cimetière : elle va écrire de la poésie sur la tombe de son mari, il vient fleurir la tombe de sa maman. Elle est bibliothécaire, ne vit que pour les livres et la culture ; il est agriculteur, élève des vaches laitières et essaie de faire survivre sa ferme. Il pense d'elle qu'elle est fadasse et coincée, elle pense de lui qu'il est péquenaud et qu'il a des goûts atroces en matière d'art funéraire. Et pourtant, à leur totale surprise, ils vont brusquement tomber amoureux l'un de l'autre et vivre une passion intense. Mais pour que cela dure, il faudra que l'un des deux fasse un sacrifice ou qu'ils trouvent un compromis...

Ce livre est drôle et déjanté, idéal pour s'amuser et se vider la tête!

Le mec de la tombe d'à côté,
Katarina MAZETTI,
éditions Babel, 7,50 euros

mardi 6 juillet 2010

Où trouver des recettes de cosmétiques?

Quand on veut se lancer dans la tambouille cosmétique maison, on a l'embarras du choix en sites et livres de recettes. Tous ne se valent pas! Certains sites (comme Aroma-zone) offrent des recettes parfois très complexes, de quoi décourager une débutante. Côté livres, certains surfent sur la vague, et offrent finalement peu de recettes pour très cher! Du coup, voici mes préférés, qui s'inspirent parfois eux-mêmes d'autres sites :

  • Sites Internet :
-Je continue à utiliser Aroma-zone, car il offre des recettes très sympas, même si je les trouve souvent difficiles à réaliser et onéreuses.
-Le blog où je pioche le plus de recettes est celui de Carosmétiques : très grande variété de recettes de tous genres (savons, produits, maquillage), bien expliqués, commentés et illustrés : le pied.
-J'ai aussi découvert plus récemment le blog de Natur'elfe et je l'aime aussi beaucoup : des recettes variées, clairement expliquées et joliment illustrées.
-Enfin, simple et efficace, le site Féminin.ch propose des recettes réalisables avec le contenu de notre frigo : pratique!
-D'autres sites déjà signalés ici, et .

  • Livres :
J'en possède plusieurs, qui ont tous des avantages et des inconvénients :

-Le premier que j'aie acheté est celui de Sophie Macheteau et Vanina Guet : 90 recettes de beauté bio à faire soi-même, aux éditions Vigot. Il est assez cher (19 euros pour 90 recettes) mais attractif grâce à sa mise en page claire et ses belles photographies. Certaines recettes de ce livre restent parmi celles que je fais et refais, mais 90 recettes, en fait, c'est peu!
-J'ai ensuite reçu en cadeau un kit cosméto : livre + flacons pour faire ses recettes : Mes cosmétiques naturels faits maison, de Michèle Nicoué Paschoud, aux éditions Michel Lafon. Ce livre offre l'avantage d'être destiné à de vraies débutantes, il propose donc des recettes simplissimes et peu coûteuses. En revanche, je n'ai jamais utilisé les pots en verre fournis avec : trop petits, pas du tout adaptés à mon goût! Là encore, un livre assez cher car même s'il contient des flacons, il coûte tout de même 19.95 euros et comporte assez peu de recettes.

-Le dernier que j'aie acheté a tout de suite été un coup de cœur, et j'ai déjà réalisé bon nombre de recettes qu'il contient : Beauté et soins au naturel, de Stéphanie Tourles, aux éditons Prat. De très loin le plus complet, présentant un par un tous les ingrédients utilisés et leurs substituts possibles (très pratique quand on n'a pas envie d'acheter des millions d'huiles essentielles, d'hydrolats, etc). Il ne comporte pas de photos car il vise pas à séduire par sa décoration, mais par son contenu : près de 200 recettes très variées, bien expliquées, simples à réaliser. Bref, c'est devenu ma bible, pour le moment!



Les chats ne sont JAMAIS hypocrites!

De retour après une loooooooooooooongue absence...

Petit moment d'humour, où tous les propriétaires-esclaves de chats peuvent se reconnaître : "Mon chat est un hypocrite", ou "comment pouvons-nous encore les aimer lorsqu'on fait le bilan de tous leurs vices ?". Et pourtant, on les aime. Les chats maîtres du monde!




Mon chat est un hypocrite,
Hélène LASSERRE et Gilles BONOTAUX
Larousse, 4euros90

mercredi 24 février 2010

Grand Loup et Petit Loup

Un bijou! Aussi bien pour le dessin que pour la tendresse... Grand Loup vit seul au pied de son arbre, et il aime cette vie, jusqu'au jour où il aperçoit un autre loup venir au loin.

Il a peur que ce loup soit aussi grand que lui, mais non, il est tout petit, il ne parle pas, il observe Grand Loup et essaie de faire comme lui, mais n'y arrive pas. Alors Grand Loup va partager un peu avec lui ses exercices de sport, ses fruits, un petit bout de sa couverture de feuilles... Et puis un jour, Petit Loup part se promener et ne revient pas. Grand Loup va attendre, des jours, des semaines, le retour de Petit Loup : il n'a plus jamais envie d'être seul...





Nadine BRUN-COSME et Olivier TALLEC,
Grand Loup et Petit Loup,
2 volumes parus chez Flammarion,
13 euros chaque

L'écureuil le plus trouillard au monde

Frisson est un écureuil. Il vit dans un arbre et mange des noisettes. Et à part ça me direz-vous? A part ça : rien. Frisson est l'écureuil le plus trouillard du monde! Il a peur de tout : des abeilles, des microbes, des extraterrestres, des bestioles à dents, des orties, et de tout le reste. Il ne quitte donc jamais son arbre.

Et au cas où une tuile arrive (à savoir : une abeille, un microbe, un extraterrestre, etc), tout est prévu! Frisson est le roi du super plan B. Mais, quand l'imprévu envisagé arrive, évidemment, rien ne se passe JAMAIS comme on le voudrait!







Mélanie WATT, Frisson l'écureuil,
Bayard Jeunesse, 4 titre parus,
9.90 euros chaque

Contes de fées revus et salement corrigés!

Petit zoom sur quelques livres jeunesses que j'aime! D'abord, hommage à Émile Bravo pour ses reprises allègres et irrévérencieuses des contes de notre enfance, dont les héros sont les "sept ours nains" : ça donne déjà une idée du genre. Le principe est simple : vous prenez Boucle d'Or, Blanche Neige, Le Petit Tailleur, Le Chat Botté et tous les autres, vous mettez dans un shaker, vous secouez bien fort et vous obtenez une série d'histoires complètement loufoques et souvent assez peu morales... Les ours nains n'ont qu'un but dans la vie, résumé par le refrain qu'ils chantent à plein poumons : "manger, dormir, tralala".


Mais y a des princesses qui font rien qu'à venir les embêter, qui mangent leurs repas et chipent tous leurs lits, donc il va falloir qu'ils dégottent des princes charmants pour se débarrasser des intruses, et ce n'est pas une mince affaire! Donc, si vous voulez voir Blanche-Neige se taper le repassage en bigoudis en chantant "un jour mon prince viendra", précipitez-vous!


Émile BRAVO chez Seuil Jeunesse,
12 euros chaque