dimanche 11 décembre 2011

Le vent dans les sables


Michel Plessix, scénariste talentueux et dessinateur hors du commun (tout ça, même, et plus encore), avait repris il y a quelques années les personnages du livre jeunesse de Kenneth Grahame, Le vent dans les saules, et avait raconté en quatre tomes aux couleurs superbes la chronique de la vie quotidienne des petits héros animaliers au bord de la rivière : Taupe le maladroit, Rat raisonnable et casanier, Blaireau bourru mais grand coeur et Crapaud, le baron Têtard, toujours toqué de lubies improbables et plus ou moins dangereuses dont ses amis doivent le sauver.

Michel Plessix a repris ses pinceaux et ces sympathiques personnages pour nous livrer une suite tout aussi poétique, baptisée Le vent dans les sables. Rat, le casanier Rat, après avoir croisé la route d'un bourlingueur tatoué, se demande s'il n'a pas manqué quelque chose, lui qui n'a jamais quitté sa rivière. Il n'aura pas à se poser la question longtemps : le récit de cette rencontre avec un voyageur a jeté une nouvelle lubie dans l'esprit un peu déjanté de ce pauvre Crapaud, qui s'enfuit au loin. Ses amis Rat et Taupe se lancent à sa poursuite, mais le rattrapent trop tard : les voilà clandestinement embarqués pour l'Orient, le lointain Orient dont ils ne savent rien. Arrivés là-bas, ils vont devoir s'organiser, d'abord pour vivre sur place, ensuite pour préparer à long terme le coûteux voyage de retour, enfin pour garder un œil sur Crapaud qui envisage d'aller faire un tour dans le désert à la pèche au trésor.

Heureusement pour eux, dans leur lointain exil au soleil, ils seront aidés, par Samir le musicien, par Ali le guide un peu louche, par Lizarbou, patron de café et grand philosophe devant l’Éternel, par tout le petit monde du souk qui les accueille sans leur poser de questions, parce l'hospitalité, c'est sacré, même si le choc des cultures est parfois un peu rude - ou très drôle, c'est selon!


Amateurs de belles histoire et d'aquarelles délicates, amoureux des voyages au soleil d'Afrique ou d'ailleurs, précipitez-vous sur ces petits bijoux dessinés, semés de philosophie arabe, d'humour, de tolérance et de poésie! Seul bémol : les tomes sont trop courts! Seul regret : étudiante, j'ai vécu dans la même rue que Michel Plessix sans jamais oser aller lui demander une dédicace...

Le vent dans les sables, Michel PLESSIX,
Éditions Delcourt, 11,95 euros
Quatre tomes parus, la série devrait se terminer au cinquième.

1 commentaire:

Emy a dit…

très sympatique votre blog :)
en direct des fées tisseuses
Esmeril